La promenade, un moment d’oubli (2/2)

b. L’oubli des autres.

L’oubli des autres, ou l’oubli du monde, c’est ainsi que j’appellerai l’autre expérience de l’oubli que propose la promenade. Cet oubli n’est pas celui d’un individu par lui-même, et donc une tentative d’échappatoire. Au contraire, l’oubli du monde permet un recentrement plus grand sur soi-même, au risque de s’enfermer dans sa perception. Plusieurs romans et récits rendent compte de cet oubli du monde par le personnage. C’est même dans cet « oubli », à mon sens, que l’on peut envisager la rencontre amoureuse quand elle se déroule dans la promenade.

  • L’oubli des autres, ou le piège de la subjectivité.

En effet, que se passe-t-il, dans une rencontre amoureuse, sinon un oubli du monde pour celui qui regarde l’être aimé ? Rappelons-nous la première rencontre de L’Éducation sentimentale, où le réel refait irruption dans la perception de Frédéric. Cette rencontre se déroule sur le « pont-promenade » de La Ville de Montereau :

Ce fut comme une apparition :

Elle était assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l’éblouissement que lui envoyèrent ses yeux. En même temps qu’il passait, elle leva la tête ; il fléchit involontairement les épaules ; et, quand il se fut mis plus loin, du même côté, il la regarda.

Elle avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent, derrière elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient très bas et semblaient presser amoureusement l’ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachetée de petits pois, se répandait à plis nombreux. Elle était en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se découpait sur le fond de l’air bleu.

Comme elle gardait la même attitude, il fit plusieurs tours de droite et de gauche pour dissimuler sa manœuvre ; puis il se planta tout près de son ombrelle, posée contre le banc, et il affectait d’observer une chaloupe sur la rivière.

Jamais il n’avait vu cette splendeur de sa peau brune, la séduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumière traversait. Il considérait son panier à ouvrage avec ébahissement, comme une chose extraordinaire. Quels étaient son nom, sa demeure, sa vie, son passé ? Il souhaitait connaître les meubles de sa chambre, toutes les robes qu’elle avait portées, les gens qu’elle fréquentait ; et le désir de la possession physique même disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosité douloureuse qui n’avait pas de limites.

Une négresse, coiffée d’un foulard, se présenta, en tenant par la main une petite fille, déjà grande. L’enfant, dont les yeux roulaient des larmes, venait de s’éveiller. Elle la prit sur ses genoux : « Mademoiselle n’était pas sage, quoiqu’elle eût sept ans bientôt ; sa mère ne l’aimerait plus ; on lui pardonnait trop ses caprices. » Et Frédéric se réjouissait d’entendre ces choses, comme s’il eût fait une découverte, une acquisition.

Il la supposait d’origine andalouse, créole peut-être ; elle avait ramené des îles cette négresse avec elle ?

Cependant, un long châle à bandes violettes était placé derrière son dos, sur le bordage de cuivre. Elle avait dû, bien des fois, au milieu de la mer, durant les soirs humides, en envelopper sa taille, s’en couvrir les pieds, dormir dedans ! Mais, entraîné par les franges, il glissait peu à peu, il allait tomber dans l’eau ; Frédéric fit un bond et le rattrapa. Elle lui dit :

— Je vous remercie, monsieur.

Leurs yeux se rencontrèrent.

— Ma femme, es-tu prête ? cria le sieur Arnoux, apparaissant dans le capot de l’escalier.[1]

Ce passage est célèbre, et cette rencontre, assurément est l’une des plus belles que j’ai pues lire. Le texte a ceci de précieux qu’il illustre cette manière qu’a Flaubert de nous enfermer dans le fantasme de Frédéric, et de nous faire épouser sa perception, oubliant complètement le reste du monde. Le cri d’Arnoux est une véritable effraction du réel dans la subjectivité de Frédéric, pris au piège de la contemplation de cette « apparition ». Ce piège de la subjectivité que nous épousons, diverses techniques permettent de l’analyser :

  • Le cadre d’abord, un pont-promenade sur lequel Flaubert a passé un long temps à décrire les passants, pour isoler ce passage descriptif dynamique. Frédéric use du prétexte du « pont-promenade » pour faire des allers-retours autour de Madame Arnoux. La rencontre est donc tout à fait « normale », dans le cadre d’un roman réaliste.
  • De plus, la promenade permet d’assurer la description, longue, de la jeune femme : Flaubert détaille, dans une description organisée, la silhouette de Madame Arnoux. La promenade obéit donc à une poétique romanesque qui est celle du descriptif (selon l’étude de Philippe Hamon). Ici, la hiérarchisation de l’information est la suivante : d’abord, une silhouette et l’allure générale d’une femme sur un banc. Puis, nous allons de haut en bas (du chapeau à la robe), avant de reprendre l’effet du tableau au regard de Frédéric (« sa personne se découpait sur le fond de l’air bleu »). Mme Arnoux ‘garde la même attitude’, elle a la pose d’une statue que Frédéric peut contempler, mais qui risque de la rendre fixe ; le dynamisme de la description viendra donc d’un autre aspect : les mouvements des corps. Frédéric assiste à une « scène de la vie quotidienne ».
  • Les allers-retours permettent aussi les moments de proximité et les moments de distance avec l’objet aimé, alternant descriptions et paroles rapportées. Ici, on est sensible, dans l’ensemble du texte à cette façon qu’a Flaubert de décrire la jeune femme, puis l’arrivée de la petite Marthe, puis de rendre les propos de la nourrice de l’enfant, par l’usage des guillemets.
  • Ensuite, l’intégralité de l’extrait est écrite au passé, sans user d’un seul conditionnel. Nous entrons donc dans un temps de la description, que Flaubert nous fait passer insensiblement pour une subjectivité assumée de Moreau. Il mêle la description aux verbes de volonté, tous écrits à l’imparfait (« il souhaitait connaître… »), et nous plonge ainsi, d’une description « objective » au discours indirect libre de Frédéric.
  • Or, ce discours indirect libre ne peut avoir lieu que parce que Frédéric oublie la réalité qui l’entoure. Nous plongeons, au fur et à mesure de la scène, dans le seul tableau de cette femme, où le rêve de Frédéric ne fait qu’augmenter. A quoi le voit-on ? à la fin de l’extrait, l’usage de la ponctuation émotive, du point d’exclamation, indique l’inquiétude d’un homme qui va « faire un bond » pour un foulard. Or, de ce bond, la seule réponse sera un « merci », cordial ; puis le dialogue est avorté.

Frédéric est resté plongé dans sa perception, a oublié le monde alentour pour ne rester qu’en lui-même devant cet objet d’amour. Sa promenade, faite pour tuer l’ennui sur le pont, est devenue une épiphanie, dont Flaubert nous souligne toute la vacuité. Car, en oubliant les autres, Frédéric en oublie aussi Madame Arnoux elle-même, sur laquelle il rêve, sans jamais l’aborder. Le cri d’Arnoux est ici, aussi, pour désacraliser le romantisme oriental dont Frédéric l’a habillée. Plus qu’une fonction poétique de description romanesque, la promenade offre un cadre à l’installation du discours indirect libre et à l’instauration de la subjectivité du personnage principal.

Ici, donc, l’oubli des autres, s’il correspond à une épiphanie pour le personnage principal, constitue un outil critique de Flaubert. On rejoindrait, ainsi, les analyses de Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’Art, qui caractérise le personnage de Moreau comme celui qui ne peut appartenir à aucun champ. Ici, nous en avons un indice, puisque son idéal exotique est immédiatement rompu, brutalement, par Arnoux.

On peut interpréter la promenade à Fontainebleau comme un avatar de cet oubli du monde pour se réfugier dans sa subjectivité. Il ne s’agit pas d’un oubli de soi, ou de ses obligations, puisque Frédéric, justement, n’en a pas : il est justement dans un refus du monde, face auquel il ne lutte pas, mais auquel il propose une alternative.

  • L’oubli des autres, remède à l’oubli de soi.

Un autre cas, célèbre, de cet oubli des autres, a lieu dans une rencontre amoureuse réciproque, et heureuse. Celle de Denise et Octave, dans Au Bonheur des Dames me semble essentielle. En effet, elle va me permettre de confronter l’oubli de soi à l’oubli des autres. D’abord, lisons le texte – on m’excusera pour sa longueur :

Juillet fut très chaud. Denise souffrait dans son étroite chambre, sous les ardoises. Aussi, lorsqu’elle sortait de son magasin, prenait-elle Pépé chez Bourras ; et, au lieu de monter tout de suite, elle allait respirer un peu au jardin des Tuileries, jusqu’à la fermeture des grilles. Un soir, comme elle se dirigeait vers les marronniers, elle resta saisie : à quelques pas, marchant droit à elle, il lui semblait reconnaître Hutin. Puis, son cœur battit violemment. C’était Mouret, qui avait dîné sur la rive gauche et qui se hâtait de se rendre à pied chez madame Desforges. Au brusque mouvement que fit la jeune fille pour lui échapper, il la regarda. La nuit tombait, il la reconnut pourtant.

— C’est vous, mademoiselle.

Elle ne répondit pas, éperdue qu’il eût daigné s’arrêter. Lui, souriant, cachait sa gêne sous un air d’aimable protection.

— Vous êtes toujours à Paris ?

— Oui, monsieur, dit-elle enfin.

Lentement, elle reculait, elle cherchait à saluer, pour continuer sa promenade. Mais il revint lui-même sur ses pas, il la suivit sous les ombres noires des grands marronniers. Une fraîcheur tombait, des enfants riaient au loin, en poussant des cerceaux.

— C’est votre frère, n’est-ce pas ? demanda-t-il encore, les yeux sur Pépé.

Celui-ci, intimidé par cette présence extraordinaire d’un monsieur, marchait gravement près de sa sœur, dont il tenait la main :

— Oui, monsieur, répondit-elle de nouveau.

Elle avait rougi, elle songeait aux inventions abominables de Marguerite et de Clara. Sans doute, Mouret comprit la cause de sa rougeur, car il ajouta vivement :

— Écoutez, mademoiselle, j’ai des excuses à vous présenter… Oui, j’aurais été heureux de vous dire plus tôt combien j’ai regretté l’erreur qui a été commise. On vous a accusée trop légèrement d’une faute… Enfin, le mal est fait, je voulais seulement vous apprendre que tout le monde, chez nous, connaît aujourd’hui votre tendresse pour vos frères…

Il continua, fut d’une politesse respectueuse, à laquelle les vendeuses du Bonheur des Dames n’étaient guère habituées de sa part. Le trouble de Denise avait augmenté ; mais une joie inondait son cœur. Il savait donc qu’elle ne s’était donnée à personne ! Tous deux gardaient le silence, il restait près d’elle, réglant ses pas sur les petits pas de l’enfant ; et les bruits lointains de Paris se mouraient, sous les ombres noires des grands arbres.

— Je n’ai qu’une réhabilitation à vous offrir, mademoiselle, reprit-il. Naturellement, si vous désirez rentrer chez nous…

Elle l’interrompit, elle refusa avec une hâte fébrile.

— Monsieur, je ne puis pas… Je vous remercie tout de même, mais j’ai trouvé ailleurs.

Il le savait, on lui avait appris depuis peu qu’elle était chez Robineau. Et, tranquillement, sur un pied d’égalité charmante, il lui parla de ce dernier, auquel il rendait justice : un garçon d’une intelligence vive, trop nerveux seulement. Il aboutirait à une catastrophe, Gaujean l’avait écrasé d’une affaire trop lourde, où tous deux resteraient. Alors, Denise, gagnée par cette familiarité, se livra davantage, laissa voir qu’elle était pour les grands magasins, dans la bataille livrée entre ceux-ci et le petit commerce ; elle s’animait, citait des exemples, se montrait au courant de la question, remplie même d’idées larges et nouvelles. Lui, ravi, l’écoutait avec surprise. Il se tournait, tâchait de distinguer ses traits, dans la nuit grandissante. Elle semblait toujours la même, vêtue d’une robe simple, le visage doux ; mais, de cet effacement modeste, montait un parfum pénétrant dont il subissait la puissance. Sans doute, cette petite s’était faite à l’air de Paris, la voilà qui devenait femme, et elle était troublante, si raisonnable, avec ses beaux cheveux, lourds de tendresse.

— Puisque vous êtes des nôtres, dit-il en riant, pourquoi restez-vous chez nos adversaires ?… Ainsi, ne m’a-t-on pas dit également que vous logiez chez ce Bourras ?

— Un bien digne homme, murmura-t-elle.

— Non, laissez donc ! un vieux toqué, un fou qui me forcera à le mettre sur la paille, lorsque je voudrais m’en débarrasser avec une fortune !… D’abord, votre place n’est pas chez lui, sa maison est mal famée, il loue à des personnes…

Mais il sentit la jeune fille confuse, il se hâta d’ajouter :

— On peut être honnête partout, et il y a même plus de mérite à l’être, quand on n’est pas riche.

Ils firent de nouveau quelques pas en silence. Pépé semblait écouter de son air attentif d’enfant précoce. Par moments, il levait les yeux sur sa sœur, dont la main brûlante, secouée de légers tressaillements, l’étonnait :

— Tenez ! reprit gaiement Mouret, voulez-vous être mon ambassadeur ? Demain, j’avais l’intention d’augmenter encore mon offre, de faire proposer à Bourras quatre-vingt mille francs… Parlez-lui-en la première, dites-lui donc qu’il se suicide. Il vous écoutera peut-être, puisqu’il a de l’amitié pour vous, et vous lui rendriez un véritable service.

— Soit ! répondit Denise, souriante elle aussi. Je ferai la commission, mais je doute de réussir.

Et le silence retomba. Ni l’un ni l’autre n’avait plus rien à se dire. Un instant, il essaya de causer de l’oncle Baudu ; puis, il dut se taire, en voyant le malaise de la jeune fille. Cependant, ils continuaient de se promener côte à côte, ils débouchèrent enfin, vers la rue de Rivoli, dans une allée où il faisait jour encore. Au sortir de la nuit des arbres, ce fut comme un brusque réveil.[2]

            Cette rencontre amoureuse entre Denise et Octave propose une promenade heureuse face aux promenades épuisantes à l’intérieur du Bonheur des Dames. En effet, le grand magasin est conçu comme une promenade dans un panorama, c’est-à-dire une déambulation devant des marchandises offertes en spectacle. Une déambulation au Bonheur est un moment d’« oubli de soi », puisqu’une cliente se retrouve à acheter, consommer, en masse, sans en avoir besoin. La stratégie de Mouret, dans le roman, consiste à pousser les femmes à la consommation. La plupart d’entre elles se promènent d’un pas lent dans le magasin, et le but de Mouret est d’augmenter la cadence. Du côté des vendeuses, une journée au Bonheur des Dames est un parcours du combattant, que la promenade des clientes amène à l’épuisement. Denise, comme les clientes, s’oublie au profit de la marchandise, et au profit du désir de Mouret. Il y a donc un oubli de soi, négatif, où le monde abat la norme de sa marche sur l’individu, qui ne peut que les subir, de façon passive.

            Au contraire, cette promenade aux Tuileries est un espace clos, qui met les deux personnages « à l’écart » de Paris : les bruits de la ville disparaissent, le Jardin permet de respirer dans une ville étouffante pendant le mois de Juillet, et quand les deux amants sortent, la rue de Rivoli les « réveillent ». Le parc a formé l’espace d’un songe, où justement la différence sociale a été abolie entre la patron et l’ouvrière, pour ne laisser parler que l’égalité des cœurs. À l’intérieur de l’espace parisien, Zola crée une opposition entre la Ville et la Nature, dont il avait déjà donné une illustration dans Le Ventre de Paris. Seulement, ici, la relation au monde est abolie, par la promenade, car tout se fait dans la concentration de l’échange entre les deux interlocuteurs.

           Cet échange est d’autant plus intéressant que l’auteur souligne l’oubli du monde extérieur, à travers un détail qui m’intéresse particulièrement : le rythme de la marche. Il est significatif, en effet, qu’une journée au Bonheur soit épuisante par sa vitesse : il faut marcher tout le temps, et ne laisser aucun temps pour soi. Mouret règne en maître sur ce rythme d’usine, où même un gardien fait sa promenade pour s’assurer du bon rythme des ouvrières : il règne dans la grand magasin un rythme disciplinaire. Dans le parc, le rythme de la marche n’est pas dicté par Mouret, ni par Denise ; mais par l’enfant. Or, ce rythme est lent, et Zola insiste dessus : « il restait près d’elle, réglant ses pas sur les petits pas de l’enfant ». Mouret, l’homme pressé, se soumet à un rythme lent. Paradoxalement, un enfant lui impose un autre rythme, et l’amène à un oubli de lui-même heureux – oubli dont la fragilité est attestée à partir du moment où ils quittent les Tuileries.

            L’autre détail intéressant, dans cette conversation, c’est son évolution. La discussion permet aux personnages de se révéler l’un à l’autre. Zola use des stratagèmes romanesques pour en accélérer la fluidité, et le cadre de la promenade permet d’assurer le passage immobile du dialogue au discours direct, aux propos rapportés au discours indirect, puis à la conversation mêlée aux pensées du discours indirect libre. L’usage des discours, et en particulier celui du discours indirect libre, permet d’affirmer la fluidité de la marche de la promenade. La promenade est donc un outil romanesque pratique, puisqu’elle permet d’assurer le passage d’un type de parole à un autre, sans brusquer ; elle parvient à faire oublier la marche, ou à faire oublier la parole. 

Cependant, à la fin, ils marchent en silence l’un à côté de l’autre, n’ayant rien à se dire. Ce silence est intéressant : la conversation portait sur des personnages du roman. Si l’oubli du monde était réellement effectif, ils n’auraient pas du tout parler.

Cependant, dans un cadre romanesque, la promenade est un prétexte à une explication à cœur ouvert entre les deux protagonistes du roman. La promenade a donc une fonction narrative : elle permet de relancer l’intrigue, et d’assurer le retour de Denise au Bonheur des Dames, en même temps qu’elle lance l’intrigue amoureuse. La fin silencieuse pourrait être vue comme négative (les deux amants n’ont rien à se dire) : il n’en est rien. Les deux amants, une fois les conversations superficielles traitées, et dans l’ensemble des malaises révélés, ne se parlent pas pour ne pas se froisser.

Par ce silence, Zola montre la pudeur des deux amants, et apporte une empathie nouvelle à l’égard du personnage de Mouret, beaucoup plus complexe qu’il n’y paraissait au début de l’ouvrage : il réaccorde à Mouret l’empathie que nous avions pour lui dans Pot-Bouille, et cet oubli du monde permet au protagoniste de se retrouver, et à nous, lecteurs, de retrouver ce personnage arriviste mais si attachant que nous avons suivi dans son ascension.

L’oubli du monde sert donc à signaler la concentration d’un couple sur lui-même, Zola proposant une image matrimoniale idéale, dans ce couple avec l’enfant, programmatique de la fin heureuse de ce roman.

  • Synthèse : des oublis plastiques.

Il s’agit de voir comment les deux modes d’oubli ne sont pas exclusifs l’un à l’autre. Un oubli du monde peut amener à une expérience positive d’oubli de soi, ou à l’inverse augmenter l’effet négatif de celui-ci. De la même manière, une expérience d’oubli de soi peut amener à refuser le monde, ou au contraire à l’enchanter. Je ne propose cette lecture que sur les deux textes étudiés dans le billet, mais il serait judicieux de travailler cet échange, ou cette progression de l’oubli dans la promenade dans des romans comme Madame Bovary, La Curée, Une Page d’Amour, L’Œuvre.

  Oubli  Qualité de l’expérienceŒuvreAnalyse
  Du monde  Positive (+)Au Bonheur des DamesDenise et Mouret, parents de Jojo.
  Du monde  Négative (–)L’Éducation sentimentaleFrédéric s’installe dans son rêve exotique.
  De soi  Positive (+)Au Bonheur des DamesMouret se révèle aimable.
  De soi  Négative (–)L’Éducation sentimentaleFrédéric confirme son refus de la réalité matérielle, indiquée au début.
Variété des expériences d’oubli dans L’Éducation Sentimentale et Au Bonheur des Dames

Il y a, bien sûr, d’autres modalités d’oubli du monde que nous pourrions étudier. Pour l’instant, j’ai préféré me concentrer sur les expériences amoureuses, que j’ai identifiées selon deux modèles : l’oubli du monde comme échappatoire, ou l’oubli du monde comme réparation. D’autres modalités de l’oubli sont à étudier, mais il me semble que l’on peut déjà beaucoup comprendre différents personnages de romans et de récits par ces deux formes d’oubli. Menuet de Maupassant, par exemple, correspondrait à une expérience positive de l’oubli du monde, mais aboutirait à une désillusion et à une expérience négative de l’oubli de soi, ou plutôt confirmerait l’impossibilité d’un oubli de soi dans l’expérience de la modernité.


[1] Flaubert, Gustave, L’Éducation sentimentale, op. cit., pp. 46-49.

[2] Zola, Émile, Au Bonheur des Dames, ed. Sophie Guermès, pp. 266-269, Paris, Librairie Générale Française, 1998.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.