témoignage.

Je copie ici un témoignage que j’ai pu lire ailleurs, et que je trouve important de partager, sur un certain état de la recherche. Il est bien entendu librement copiable/collable/partageable.

« Je vous le dis, en vérité : je suis épuisé. Épuisé de devoir lutter pour exister. De me sentir sans cesse obligé de performer, de forcer le trait de mes contours pour espérer apparaître du côté du visible. Espérer d’être vu et reconnu comme plus qu’une origine, qu’un préjugé, qu’un tas de pigments. « Et toi, tu viens d’où ? Algérie ? Maroc ? » De la suite dans les clichés. Épuisé de devoir, tout sourire tout poli, attendre la règle de trois pour acquiescer, oui je viens de Tunisie, et illico me voir sous cloche avec taxinomie et sous perfusion de préjugés. Me faire dire à un repas de Noël si je vais faire la danse du ventre en fin de soirée. Répondre à la bienveillante curiosité de matante Unetelle que, si je mange de la tomate-mozza alors qu’il y a du porc effiloché sur la table, c’est parce que j’ai envie de tomate-mozza. Mais ce n’est là qu’ignorance bénigne si crasse soit-elle, voudrais-je croire, même si je sais que parce que l’on ne voit d’abord que mon corps — au pire un terroriste en dormance, au mieux un gigolo à la peau de sable fin —, rarement ma parole vaudra pour ce qu’elle est, hors-catégorie préconçue, hors-BFM (ou TVA), hors Exposition coloniale. Je suis épuisé que, combien de fois, ayant été amené à raconter mon expérience — mais tout sourire toute autodérision au cas où vous penseriez que je quémande le privilège de votre pitié —, épuisé qu’il y ait toujours un.e spécialiste devant l’éternel (passeport rouge et 100.000 boules par an) qui, missionné.e par je ne sais quel ordre gardien du déni de la violence géotaboue, se sente obligé.e de me dire que, oh tu sais, j’en connais plein dans ton cas qui se sont fait refuser des Visas, oh mais tu sais c’est ça la France, et puis il ne faut pas généraliser (quand l’ai-je fait ?), il faudrait lire Alexis Nouss (génial, le romantisme de l’exil pseudo-benjaminien). Toujours là pour s’assurer que la misère du monde ne gobe pas leurs privilèges, car non ******, ta peur de la frontière en face de l’officier formé au profilage racial n’est pas propre à ta condition ou à ta subjectivité (qu’est donc cette chose ?), cette peur est universelle. C’est dans ta tête, ******. Épuisé du gaslight. Épuisé d’être un racisé — que je hais ce mot pourtant efficace —, un parmi deux ou trois sur une vingtaine d’intervenants à un colloque sur les migrations. Épuisé d’entendre que c’est soi-même que l’on voit dans les yeux de l’autre, cet autre qui pourtant aimerait être vu, moi qui voudrais être entendu. Épuisé d’apprendre que les migrants d’aujourd’hui sont les nouveaux Ulysse — je t’en ferais bouffer, de l’Odyssée. Épuisé d’arriver à tel autre colloque sur, pareil, migrations, diversité culturelle et buzz-words, pour me retrouver, subalterne racisé et bénévole bien sûr, rapporteur de ce que vingt spécialistes blancs-neige déblatèrent sur de l’engeance bankable comme moi. Et, après avoir été invité à animer parmi d’autres intervenants un séminaire sur la migration (transport, hôtels, perdiems), apprendre par hasard que j’ai été déprogrammé, mais ce serait bien que tu assistes comme étudiant en formation continue, 300 balles, on se débrouillera pour le logement. Merci infiniment. Merci, mais ne comptez pas sur moi. Là je m’endors d’épuisement, cependant, à choisir, j’opterais pour une bonne Covid-19 plutôt que d’être dans l’éternelle quarantaine de votre racisme, ce racisme d’autant plus pernicieux que, sans nom, il s’ignore. »